50 views
0

La semaine dernière, nous parlions du premier tome de Britannia ! Aujourd’hui, nous parlons du second tome qui se passe en Rome et qui nous plonge dans une nouvelle enquête avec en plus un nouveau personnage qui vient des arènes ! 

BritanniaCinquante mille Romains, debout dans les gradins du Colisée, retiennent leur souffle alors qu’Achillia, un gladiateur comme Rome n’en a jamais vu, affronte un véritable challenge – un seul guerrier combattant cinq des plus féroces gladiateurs de Rome. Car telle est la tradition, lorsqu’une femme gladiateur entre dans l’arène. Quand le carnage s’arrête, le Colisée explose de joie, Achillia est victorieuse. Elle qui n’a plus qu’un combat à gagner pour être enfin libre, a acquis une certaine renommée. Les femmes de Rome, sous le joug de leurs maris et pères l’ont remarquée. Les hommes de Rome, maris et pères, faisant désormais face à une armée de plus en plus grande de femmes nourrissant des envies d’indépendance l’ont aussi remarquée.

A l’autre bout de la ville, un étrange mystère entoure le Mont Palatin. Au cœur de la nuit, dans les allées sinueuses, l’élite de Rome semble persuadée d’avoir vu le dieu Apollon déambulant dans les rues, couvert de sang… et cela les rend fous. La ville sombre dans la panique, alors qu’ils sont de plus en plus nombreux à souffrir d’une étrange fièvre à l’origine de ces visions. La chef des Vestales, Rubria, est arrêtée par l’empereur Néron et risque d’être crucifiée si ce mal ne peut être stoppé. Elle demande alors à Antonius Axia, héros de la Bretagne et seul détective de Rome d’enquêter. Elle ne lui offre qu’un seul indice… la combattante Achillia.

Après une première enquête acclamée par la critique, Peter Milligan (ShadeThe Changing Man) et Juan José Ryp (Harbinger Renegade) reprennent du service pour une nouvelle plongée horrifique dans la Rome de Néron.

Vous le retrouverez ici !

Les gladiateurs

Le poète Juvénal a dit panem et circensesce qui veut dire du pain et des jeux ! Qui résume les jeux dans l’Empire Romain si ce n’est que les gladiateurs. Les combats de gladiateur devinrent publics en 105 avant JC et gagne très vite en popularité dans la plèbe. Les personnes qui voulaient devenir gladiateur devaient signer un contrat avec un nombre de combat limité. Ce contrat ou auctoratusétait soumis par un législateur, les futurs combattant partent après à l’école pour apprendre à combattre, mais également les différents cursus.

Une fois leur cursus terminé, ils se retrouvent aux arènes pour combattre. Lors du premier combat plus de 25% des nouveaux gladiateurs perdent la vie ! À la fin de leur contrat, certains gladiateurs sont repartis avec énormément de richesse ! À tel point, qu’ils pouvaient habiter des belles demeures, mais il ne faut pas se mentir. La plupart des combattants meurent entre 20 et 30 ans !

 

Le paranormal et des jeux !

Nous retrouvons dans cette histoire Antonius qui enquête sur le meurtre de plusieurs petits nobles. Tous ces nobles ont en commun le fait qu’il meurt devant des statues de dieux. De l’autre côté, nous retrouvons un nouveau personnage : Achillia. Elle est une ancienne esclave qui a refusé de coucher avec son ancien maître et elle le tua pour se protéger. Suite à cela, elle fut vendue et elle devint une gladiatrice. Les nobles espéraient la voir mourir rapidement, mais elle ne leur donna pas cette joie, elle devint même la meilleure !

Nous ne pouvons guère en dire plus pour éviter de trop en dévoiler. Par contre, nous pouvons dire que la qualité de l’histoire s’améliore avec l’ajout d’Achillia, mais aussi la relation qu’Antonius a avec son fils. Dans ce tome nous voyons encore un peu plus les vestales comme l’Empereur Néron qui est toujours aussi fou !

Les dessins restent au top de ce que publie Valiant Comics, Nous dirions même que le style s’affine entre celui-ci et le premier tome. Vous n’avez pas besoin d’avoir lu le premier tome pour apprécier le second vu qu’il n’y avait pas eu de cliffhanger et que ce sont des histoires indépendantes. Nous en avons la preuve quand nous faisons attention au titre de la publication aux USA.

 

Des artistes pour ressusciter la Rome Antique

Le chef d’orchestre pour cette histoire n’est rien d’autre que Peter Miligan ! Très connu pour avoir commencé outre manche chez 2000AD où il écrivit quelques histoires avant de rejoindre les Etats-Unis. Là-bas, il travailla pour chez DC Comics ou encore chez Marvel sur les séries suivantes Detective Comics, Hellblazer, Human Target, Punisher ou encore X-Men… Au moment de la recréation de Valiant il rejoint la maison d’édition pour travailler sur des séries comme Eternal Warriorou encore Shadowman.

Du côté des dessins nous retrouvons Juan Rosé Ryp a beaucoup travaillé chez DC Comics notamment sur des séries sur Batman, mais pas que vu qu’il a travaillé sur Earth 2 ou encore Injustice ! Il a pu travailler dans la Maison des Idées sur Punisher, mais aussi sur Moon Knight. Malgré cela, il a pu se découvrir en plein jour en travaillant chez Valiant sur des séries comme Divinity, Eternal Warrior et encore plein d’autres titres ! Nous avons aussi Raul Allen qui pour sa part a majoritairement travaillé chez Valiant Comics sur un bon nombre de leurs séries !

Pour en finir !

Si vous avez le premier tome, vous allez adorer ce second qui est un peu plus abouti que le premier. L’ajout du personnage d’Achillia fait beaucoup pour apporter un grand plus à la lecture de ce tome. La chose que nous avons apprécié également c’est que l’histoire se passe à Rome et qu’il nous permet de voir un peu plus les personnages secondaires.

 

9.5

Author's rating

Overall rating

Scénario
10.0
Dessin
10.0
Personnages
9.0
État Global
9.5
The good
  • Se retrouver dans une époque peut exploiter dans les comics

  • Avoir un personnage qui ne croit pas aux Dieux à une époque où tout le monde y croit

  • Des graphismes de folies !

  • Achillia

The bad

Your email address will not be published. Required fields are marked *