23 views
0

draugen secret

Draugen est sorti le 29 mai 2019 sur PC (Steam), Xbox One et sur Playstation 4. Il a été développé et édité par le studio Red Thread Games. FPS à la vue subjective, ce jeu d’aventure et d’exploration vous balade dans une enquête qui a lieu dans la Norvège en 1923.  Vous êtes dans la peau d’un naturaliste américain nommé Edward Charles Harden, qui recherche la cause de la disparition de la population locale dans un village de pêcheurs norvégien.  Les lieux et les indices sont entourés de mystères que vous devez résoudre à l’aide de Lissie. “La vie est un mystère, dont personne, jusqu’ici, n’a pu percer le secret.” ( Samuel Ferdinand-Lop, 1970) Ce jeu contemplatif  plaira exclusivement aux amateurs d’expérience vidéoludique narrative.

Draugen se passe à une époque qu’on appelle “les années folles” car après la seconde guerre mondiale, le monde revit par une forte croissance économique. Sur fond d’amusements quotidiens, la population explose dans le domaine culturel. Bien loin de ce contexte, le jeu se situe à un époque reculée dans la ruralité norvégienne.  Le temps semble s’arrêter à la campagne, comme figé dans une certaine obscurité des secrets mais grande question et but du jeu : mais qu’est-il arrivé aux pêcheurs de cette localité perdue ?

Draugen, une balade poétique

draugenLes paysages pittoresques de la campagne norvégienne en 1923 dépeignent une sorte d’impressionnisme digne d’un tableau de Monet. On est bien loin de l’Art Déco qui fleurit dans la vie citadine. Dans un certain silence, les secrets sont parés d’une part d’ombre et les décors sont symboles d’une autre portrait perdu dans le temps, comme oublié. Au moment de son investigation, Edward Charles Harden, n’est pourtant pas détective privé. Draugen sonde l’horizon et l’essence de la nature fantomatique car vidée de toute vie humaine.  Doté tout de même d’une certaine élégance vestimentaire, le naturaliste essaie à tout prix de percer le secret qui entoure cette faune et cette flore.

 

 

Entre Lissie votre meilleure amie et une exploration limitée

draugenPoème narratif dans la lignée de “Syberia” et “What remains of Edith Finch” offre donc une expérience onirique unique qui comme tous les jeux narratifs, peuvent vite laisser le joueur. L’absence d’action, l’interaction avec le personnage de Lissie, le fait que tout se fasse automatiquement sont des critères d’un vécu narratif presque raté car lassant sur la durée. D’une certaine manière heureusement que la durée de la partie s’arrête à environ 4 heures de jeu.  Lissie pose problème car constamment sur votre dos elle ralentit grandement la liberté d’exploration. Draugen devient alors une œuvre moins contemplative ce qui est fortement dommage pour un jeu de cette qualité graphique. A travers l’interface avec Lissie vous avez à chaque fois trois propositions de discutions possibles à vous d’en choisir une, l’interface est très succincte. Toutefois après un certain dans le déroulement de l’histoire vous parvenez à vous débarrasser de votre compagnon fétiche. Mais il faut faire preuve de patience. Ces petits plaisirs de liberté seront de courte durée.

 

Une enquête interactive silencieuse

mystèresPensez à observer régulièrement votre journal (J), il s’y trouve en effet une carte des lieux fortement précieuse pour votre investigation. Vous pouvez souffler un coup et courir grâce à SHIFT.  Vous allez être amené à d’abord visiter les maisons abandonnées visiblement depuis un moment.  Inutile de chercher sous les lits, tous les indices intéressants sont marqués d’un rond interactif.  Durant votre recherche, n’hésitez pas à vous arrêter pour dessiner, cela peut en effet apporter des indications supplémentaires.  Vous allez découvrir quelques anecdotes scénaristiques pas très logique comme exemple : il y a de bateau présent dans un village de pêcheurs ?! Finalement le seul mystère réside dans le fait que les habitants ont disparus sans laisser aucune trace.

 

Conclusion

écran titreNotre test se révèle succinct et bref : Draugen se fera sans aucun doute oublier rapidement, ce qui est navrant pour une esthétique de cette beauté. L’agacement du personnage Lissie continuel qui limite l’exploration et tarit le gameplay est le GROS point faible du jeu. Par ailleurs en manque d’originalité scénaristique,  vous allez vous rendre compte qu’il existe des défauts dans le récit qui demeureront  sans réponse.

La note décernée est encore au dessus de la note réelle méritée. (Metacritic = 73/100). Bref il existe d’autres œuvres vidéoludiques plus fournies avec une réelle âme, passez votre chemin pour celle ci, cette expérience narrative est un échec. Enfin vient le soucis de tous les genres narratifs qui agrippent uniquement un public de niche appréciant la contemplation. Conclusion : ce titre paré de mystères certes reste éloigné de notre ligne éditoriale.

7.5

Author's rating

Overall rating

Graphismes
8.5
Histoire
7.5
Gameplay
7.0
Interface et bande sonore
7.0
État Global
7.5
The good
  • Temps de chargement corrects
  • Esthétique graphique de toute beauté
  • Une jolie poésie pittoresque
  • Une interface modifiable (commandes)
  • Un environnement digne d'un tableau de Monet
  • Bande sonore reposante
  • Sous titres en français
  • Gameplay traditionnel
The bad
  • Les interactions avec Lissie : personnage agaçant qui ralentit l'exploration
  • Bémol sur la liberté d'exploration
  • Durée de vie courte par rapport au prix
About author
blackmedia

blackmedia

Passionnée par l’horreur depuis l’enfance, j’ai vu mon premier film très - trop ?- jeune. Que ce soit au premier ou second degré, mon amour pour "le côté obscur" s’est étendu progressivement aux jeux vidéos (Resident Evil, Silent Hill...), aux atmosphères post-apocalyptiques ou glauques (l'incontournable HP Lovecraft) ou encore aux jeux de plateau (Les demeures de l'épouvante...). Je satisfais mes envies créatrices via la photographie Urbex, le dessin, et - accessoirement - par une dévotion totale à l'écriture d'articles sur votre site de Dark Culture préféré ! Artiste Ouverte sur le monde

Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *